Nouvelles

Nouveau projet de RD en production laitière : une luzerne plus digestible

Grâce à un investissement de Novalait et ses partenaires, la nouvelle chercheure Caroline Halde de l’Université Laval démarre un projet sur l’évaluation de cultivars de luzerne plus digestibles pour les fermes laitières du Québec.

À ce jour, plusieurs cultivars de luzerne ont été sélectionnées pour une digestibilité accrue. Cependant, la productivité et la valeur nutritive de ces derniers n’ont jamais été testées au champ sous les conditions climatiques du Québec.

Le projet comporte trois volets :

1) Évaluer différents cultivars de luzerne plus digestibles sous les conditions bioclimatiques du Québec pour comparer leur rendement, leur valeur nutritive et leur persistance ;

2) Évaluer l’impact de l’utilisation d’une luzerne plus digestible sur les performances des vaches laitières ;

3) Évaluer les impacts économiques de l’utilisation de cette luzerne sur les fermes laitières du Québec.

Quatre cultivars de luzerne à digestibilité élevée seront comparés à un témoin selon différents types de semis et de gestion des coupes. Ces luzernes servies aux vaches permettront de mesurer s’il y a des différences dans la production laitière, la composition du lait, et la digestibilité du fourrage, ainsi que la production de méthane entérique. L’équipe évaluera aussi l’utilisation des luzernes plus digestibles sur le bénéfice net de la ferme.  Ultimement, le projet nous indiquera si l’adoption d’une luzerne à digestibilité élevée est bénéfique pour une ferme laitière dans le contexte agricole québécois.

Crédit photo : Olivier Soucy, Université Laval