fiche de projet

Prévention de l’acidose ruminale chez la vache

Projet intitulé:

Le profil en acides gras du lait pourrait-il permettre de détecter et de prévenir l'acidose ruminale chez la vache ?

Faits saillants

  • L’évolution de la production laitière par vache dans les dernières décennies s’explique, en partie, par l’augmentation des aliments concentrés dans les rations, mais ceux-ci seraient également à l’origine d’une maladie métabolique présente dans les troupeaux laitiers, soit l’acidose ruminale subaigüe.
  • Ce trouble coûterait entre 500 millions et un milliard de dollars américains chaque année à l’industrie laitière nord-américaine, soit 1,12 $ US (1,44 $ CAD) par vache malade par jour en moyenne.
  • La relation entre les acides gras (AG) du lait et la santé du rumen a été démontrée, mais les analyses utilisées pour établir cette relation sont inapplicables sur le terrain en raison de leurs coûts et du temps nécessaire pour les réaliser.
  • Les avancées en spectroscopie infrarouge (IR) permettent maintenant de déterminer le profil en AG d’un échantillon de lait en quelques secondes et à une fraction du prix des analyses par chromatographie en phase gazeuse (GC).
  • Si les résultats obtenus sont concluants, le test d’acidose pourrait faire partie de l’offre de Valacta et permettre aux producteurs d’obtenir rapidement et à peu de frais un portrait global du risque d’acidose ruminale subaigüe dans leur troupeau.
  • Pour Valacta, il s’agirait d’une bonne façon de valoriser cette analyse, tout en permettant de maximiser l’information pouvant être tirée des échantillons de lait du contrôle laitier.

 

Objectifs

L’objectif principal est de développer des méthodes de détection et de prévention de l’acidose ruminale subaigüe dans les troupeaux laitiers. Le projet répondra à deux objectifs spécifiques :

• OBJECTIF 1 – Développer une méthode de détection de l’acidose ruminale subaigüe basée sur le profil en AG du lait par spectroscopie IR en utilisant
des lecteurs de pH ruminal qui permettront d’établir des corrélations entre les profils en AG du lait et le pH ruminal.
• OBJECTIF 2 – Déterminer les causes des cas d’acidose ruminale subaigüe rencontrés au cours du projet afin de mieux prévenir l’apparition de cette
maladie métabolique dans les troupeaux laitiers.

 

Résultats et bénéfices potentielles

Actuellement, aucune méthode simple et efficace ne permet de détecter l’acidose dans les troupeaux laitiers commerciaux. Le projet se déroule sur 11
fermes commerciales dans la région du Lac St-jean et permettra de récolter des données afin de développer une méthode de détection de la maladie.
Pour ce faire, les profils en acides gras du lait pour 1 000 jours d’échantillonnage de vaches en lactation seront analysés, pour un total de 3 000 échantillons de lait (deux traites par jour et un échantillon composite de ces deux traites). Des analyses par infrarouge (IR) seront effectuées dans les laboratoires de Valacta et la méthode sera validée par chromatographie en phase gazeuse (GC) dans les laboratoires de l’Université Laval.
Le projet devrait permettre une amélioration des performances technico-économiques des fermes laitières, car la diminution des effets négatifs de
l’acidose subaigüe jumelée à l’amélioration de l’efficacité alimentaire permettra une meilleure valorisation des aliments. La meilleure efficacité alimentaire se traduirait par une augmentation de la production laitière et des composantes, donc par une augmentation des revenus. L’acidose ruminale subaigüe peut entraîner d’autres problèmes de santé pouvant nécessiter l’intervention d’un médecin vétérinaire et l’utilisation de médicaments, augmentant ainsi le coût de production, en plus de diminuer le bien-être des vaches. Sur le plan social, ce projet s’inscrit parfaitement dans l’initiative « proAction » lancée par les Producteurs laitiers du Canada en 2013, puisque cette initiative met l’accent sur le confort et le bien-être des animaux et souligne que la  gestion de l’alimentation est un aspect important à considérer pour assurer la santé et le bien-être des animaux. Sur le plan environnemental, en diminuant l’incidence de l’acidose ruminale subaigüe, on peut espérer que les vaches gagnent en longévité, ce qui permettrait de réduire le nombre de sujets de remplacement à élever, donc la réduction les émissions de gaz à effet de serre (GES) sous forme de méthane entérique s’y rattachant. Les résultats attendus seront disponibles rapidement aux producteurs par l’entreprise du contrôle laitier. Ils pourront obtenir rapidement et à peu de frais un portrait du risque d’acidose ruminale subaigüe dans leur troupeau.

 

Professionnels formés

Un étudiant à la maîtrise sera formé au département de sciences animales de l’Université Laval.  L’étudiant acquièrera de l’expertise sur les moyens de mesure du pH ruminal des bovins laitiers (lecteurs de pH ruminal, profil en AG au GC et profil en AG en spectroscopie IR), sur l’interprétation des mesures de pH ruminal et sur les causes et les moyens d’éviter l’acidose ruminale subaigüe.  L’étudiant développera sa capacité à travailler en collaboration avec une équipe de recherche et des producteurs de lait.

Partenaires financiers

Appel de projets spécial en production et transformation laitières (2016-2021);
• Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)
• Consortium de recherche et innovations en bioprocédés industriels au Québec (CRIBIQ)
• Novalait
• 11 fermes laitières de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean