fiche de projet

Mieux choisir les génisses

Projet intitulé:

De nouvelles pistes pour une sélection plus hâtive des génisses et une meilleure gestion des veaux

Caroline Halde, Gilles Bélanger, Annick Bertrand, Édith Charbonneau, Annie Claessens, Rachel Gervais, Philippe Séguin, Gaétan Tremblay

Faits saillants

  • L’élevage d’un nombre trop élevé de génisses a un impact direct sur les frais et les coûts associés à la réforme prématurée des vaches.
  • Au coût moyen de 3207 $/génisse, une réduction du taux de remplacement des vaches de 33,9 % (taux moyen au Québec) à 30 % pour un troupeau de 60 vaches résulterait en une diminution des charges de l’entreprise de plus de 15 000 $ par année, en ne considérant que les frais d’élevage.
  • Lorsqu’il y a une sélection des génisses, souvent la génétique est le seul critère utilisé bien qu’il soit maintenant connu que plusieurs autres facteurs comme le transfert d’immunité, la consommation de lactoremplaceur et le gain moyen quotidien peuvent influencer la future productivité des génisses.
  • Le ruban pour mesurer la circonférence thoracique est l’outil le plus utilisé sur les fermes pour faire l’évaluation du poids. Toutefois, les corrélations avec le poids et cette mesure n’ont été validées que pour des animaux de plus de 100 kg. Il serait souhaitable de vérifier si cet outil fonctionne aussi pour des animaux plus jeunes.
  • Les principaux paramètres mesurés pour l’ensemble de la période de croissance des génisses mériteraient d’être revisitées dans le but d’une sélection hâtive, soit avant la deuxième semaine de vie.
  • L’alimentation lactée des génisses pourrait avoir un effet sur leurs paramètres de croissances et de production.
  • L’épigénétique est aussi intéressante pour expliquer la régulation des gènes et donc déterminer les facteurs influençant le gain de poids et la future production laitière.

 

Objectifs

Les objectifs de ce projet sont :

1) développer un outil de sélection hâtive des génisses ;

2) évaluer différentes régies de l’alimentation lactée des veaux sur le gain de poids des génisses, la productivité des vaches et la méthylation des gènes(épigénétique) ;

3) valider l’utilisation du ruban pour évaluer le poids des jeunes génisses en bas âge.

 

Résultats et bénéfices potentiels

Pour réaliser ces objectifs, deux expériences incluant 250 génisses chacune seront réalisées sur deux fermes laitières ayant une alimentation lactée à la louve. La première expérience aura pour traitements deux programmes d’alimentation lactée (restreint vs à volonté). La seconde expérience aura pour traitements deux programmes de sevrages lorsque de grandes quantités de lactoremplaceur sont utilisées. La collecte de données sera réalisée trois fois par semaine pendant les trois premières semaines de vie puis aux deux semaines jusqu’au sevrage des veaux. À ce jour, plus de 200 veaux ont été recrutés dans le projet et plus de 4000 données de poids et de hauteurs ont été prises. Et ça continue… Pour évaluer l’effet sur le gain de poids quotidien et la productivité, les génisses seront aussi pesées et mesurées avant leur première insémination et dans les jours précédents le vêlage. La production laitière sera enregistrée pendant les 3 premiers mois de lactation. Tous les paramètres mesurés pendant les deux expériences serviront à développer un outil de sélection hâtive des génisses. En plus, un sous échantillon de la première expérience sera utilisé pour l’analyse épigénétique.

 

Professionnels formés

  • Sabrina Plante, étudiante au doctorat, Alimentation lactée, régie du sevrage, outil de sélection
  • Marwa Hasnaoui, étudiante à la maitrise, validation du ruban
  • Ousmane Magassa, étudiante à la maitrise, comportement des veaux
  • Un autre étudiant à la maitrise sera recruté, Lien alimentation lactée et expression des gènes

 

Partenaires financiers

Appel de projets spécial en production et transformation laitières (2016-2021) :

  • Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)
  • Consortium de recherche et innovations en bioprocédés industriels au Québec (CRIBIQ)
  • Novalait
  • Fermes Algério et Ferme M. G. L’Heureux